Définition : quelle est la différence entre le trekking et la randonnée ?

– « Demain, je vais trekker ! »

– « Alors, prêt pour la randonnée dans les Alpes ? »  

Entre « randonnée », « grande randonnée », »promenade », « trek », « trekking », « trail »….Pfff on s’y perd un peu dans le jargon du marcheur !

Il existe des tas de mots pour décrire une activité sportive de marche. En fonction de la durée, de l’intensité ou encore de l’environnement le nom de votre loisir variera. Dans cet article, Nousrandonnons.com vous explique comment différencier les mots « randonnée », « trekking » ou « balade » comme un pro de la rando’ (ou du trekking).

 

Se promener : la petite virée non planifiée

D’après le dictionnaire et le livre Les Sentiers d’Emilie, le terme « promenade » fait référence à une marche en plein air d’environ deux heures. Il s’agit donc d’une activité extérieure consistant à marcher souvent hors de la ville, sans planification et sans grande préparation.  

 

La randonnée : la marche de plus de 2heures

Le terme « randonnée » désigne les marches de plus de 2h30 avec préparation et suivi de chemins balisés. Dans les faits, on utilise bien plus couramment ce terme. Nous avons tendance à employer le mot « randonnée » dès lors que nous nous préparons (sac à dos, chaussure, nourriture, carte…) même s’il s’agit d’une randonnée de moins de 2 heures.

 

Le trekking : la grande randonnée

En français, le trekking fait référence aux randonnées de longue durée, eh oui les fameuses grandes randonnées (GR) ! Il s’agit des randonnées pédestres souvent réalisées dans les montagnes et demandant une certaine autonomie. Le trek exige un bon équipement : chaussures, sac à dos, tente, réchaud… mais avant de se lancer dans la randonnée il faut savoir apprécier le calme et la beauté de la nature. 😁

Si vous aimez l’ascension en pleine montagne et être suspendu à plusieurs mettre du sol… Là vous faîtes de l’alpinisme !

 

Le trail : course de plein air

Lorsque l’on parle de trail, nous faisons toujours référence à une activité sportive extérieure. Alors oui, mais ? Il s’agit d’un sport de course en plein nature, en montagne, en foret, et souvent sur des chemins de randonnée.

 

Randonnée ou trekking ? Ce qu’il faut retenir.

  • La promenade pour les balades de courte durée
  • La randonnée pour les virées de plus de 2h30 et avec préparation
  • Les trekkings pour les marches de plusieurs jours en autonomie

Et si vous avez encore un doute, fais comme nous et balance : « Je vais marcher ! » Parce qu’au final, c’est la même chose 😊.

les trucs pour voyager de chez soi - nous randonnons

Et ça vous a plu ? N’hésitez pas à noter notre article de 1 à 5. Cela nous permet d’adapter en permanence notre contenu et de savoir ce qui vous intéresse le plus sur le site. Merci 😁

2 commentaires

  1. Avatar

    Bonjour,

    Personnellement, s’il faut user de terminologie (après tout, la toponymie apporte aussi son lot de mots pour les lieux pouvant varier d’une carte à l’autre…), je me sers des mots  » promenade, randonnée et trekking » en fonction de nuits passées sur le terrain :

    ▪ promenade (ou « balade ») : 0 nuit
    ▪ rando-prom(enade) : 1 nuit
    ▪ rando(nnée) : à partir de 2 nuits
    ▪ trek(king) (ou rando-trek) : à partir de 7 nuits.

    Par expérience, dès le 3e jour, on passe déjà à une marche « par habitude » que ce soit pour 8 ou 24 jours de marche. C’est pour cela que j’utilise le terme de randonnée à partir de ce 3e jour de marche, le test de ces 2 nuits (devant être « réparatrices ») étant suffisant (on peut encore faire illusion le 2e jour après une mauvaise nuit, mais après 2 mauvaises nuits…). La 1re journée est souvent réservée à la « mise à niveau », autrement dit pour atteindre une certaine altitude (en montant un dénivelé positif dépassant le plus souvent les +1200 m) garant d’une meilleure qualité de l’eau (même si vous êtes adeptes des comprimés Micropur®, ou plus luxueux, mais la santé n’a pas de prix, des filtres Katadyn®). Traditionnellement, pour les Pyrénées, hormis pour quelques hautes estives (voir pour cela votre carte topographique s’il y a des hauts plateaux avec son lot d’ovins et bovins), au-delà des 1850 m d’altitude, on peut boire l’eau des gaves. Note importante : s’il vient de pleuvoir, attendez que le gave reprenne un flux normal (surtout si l’eau est trouble); si vous êtes assoiffé, privilégiez alors les petits cours d’eau.

    Cordialement.

    1. Avatar
      Author

      Merci pour ce retour ! En effet, c’est une appréciation personnelle, et en fonction de nos habitudes on peut avoir le réflexe d’utiliser plus ou moins un mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *